L'Ecole Hôtelière de Paris doit vivre !
400 manifestants sur le pied de guerre pour défendre l'institution parisienne

Mots-clés : Formation
06 Avril 2016

Le collectif Jean Drouant sur le pied de guerre pour défendre l'établissement scolaire

Manifestants devant l'école hôtelière de paris

400 élèves, anciens élèves, enseignants, parents d'élèves se sont mobilisés le 04 avril 2016 devant le Conseil régional d’Ile-de-France, pour défendre l'institution : le lycée hôtelier de Paris Jean Drouant. Une mobilisation qui grossit de jour en jour...

La tension monte à l'Ecole Hôtelière de Paris... Elèves en tenue professionnelle et anciens élèves, enseignants et anciens enseignants, parents d’élèves et anciens parents d’élèves, personnels administratifs se sont rassemblés devant le Conseil Régional d’Ile-de-France, lundi 4 avril à 10 heures, afin que l'établissement survive. Une distribution de crêpes, choux, sablés a été organisée par les élèves et étudiants pour alerter les autorités régionales sur la situation du lycée Jean Drouant. Un seul mot d’ordre motivait les manifestants : le lycée Jean Drouant doit vivre !

Entretien avec les autorités régionales


Au terme de ce rassemblement, une délégation du collectif Jean Drouant, comprenant Gilles FRÉCHET, Yann MAROLLEAU, Thierry PULLUARD pour le personnel enseignant, Pierre BERTHET et André DAGUIN, pour les anciens élèves, Valentine TARDY, pour les élèves et étudiants (Présidente du Conseil de la vie lycéenne), Stefan TIMIC, gestionnaire de l’établissement, Nathalie HASENBOEHLER, pour l’association des parents d’élèves, a été reçue par les autorités régionales. Un échange courtois a eu lieu avec : Agnès EVREN, Vice-présidente, chargée de l’éducation et de la culture, Christophe KERRERO, Directeur général adjoint, chargé de l’unité Lycées,et Roland JOUVE, Conseiller en charge de l’éducation au cabinet de la présidente.


Absence de concertation


Les représentants du collectif Jean Drouant ont souligné différents points parmi lesquels les très nombreuses réactions critiques sur le web suite aux annonces de M. Didier CHenet. Une pétition a en effet été mise en ligne. Elle a fait le tour du monde en recevant de très nombreux soutiens. Le collectif a pointé du doigt la situation anxiogène créée dans l’établissement par l’annonce d’un projet de restructuration qui remettrait en cause la scolarité des élèves et étudiants en cours de cursus et la capacité de recrutement du Lycée Jean Drouant pour les années à venir en contradiction avec les engagements pris en 2002. Comment faire passer les apprentis de 600 à 1200 sans réduire drastiquement le champ d’action du lycée (4) ? Le caractère non concerté et malsain d’initiatives dans une logique d’effets d’annonces qui brouille les cartes et conduit à s’interroger sur les véritables intentions du CFA, lequel clame haut et fort que ses projets sont le résultat d’une « co-construction » avec la Région Ile-de-France et l’Eduction Nationale.


Quelques éléments de réponse


Suite à cette entrevue, des éléments de réponse ont été apportés par le Conseil Régional d'Ile-de-France :



  • La Région indique découvrir le projet du CFA pour 2018 (qui porte sur une enveloppe de 14 millions d’euros), porteur de ce projet au nom de l’APHRL.

  • A ce jour, elle indique ne pas avoir été informée par M. Didier Chenet, et aucune demande officielle concernant ce projet de « CFA 2018 » n’a été formulée à ce jour auprès de la Région.

  • La région s’engage à mobiliser ses services pour éclaircir la situation et inviter au dialogue les parties prenantes signataires de la convention


Le collectif Jean Drouant sur le pied de guerre


Dans ce contexte, le collectif Jean Drouant souhaite poursuivre le dialogue avec la Région Ile-de-France en désignant des représentants du collectif pour assurer cette continuité. Il veut également connaître la position des autorités de tutelle de l’Education Nationale (Rectorat de Paris). Des demandes de rendez-vous ont été formulées auprès de l’Académie de Paris. Le collectif veut en outre poursuivre la sensibilisation des principaux acteurs de l’Education Nationale (Un courrier sera adressé dans ce sens à notre Ministre de l’Education Nationale). Enfin, il va prganiser un nouvel événement à la rentrée 2016-2017 dans la poursuite de la mobilisation actuelle.