Minute RH & Emploi d'AJ Conseil - Generation Y
Les Millennials veulent un travail avec du sens

07 Mars 2016

La génération Y veut un job avec du sens !

Generation Y

Pour la 5ème année consécutive, Deloitte France a sondé les générations Y à travers le monde sur leurs aspirations, leurs sources de motivation et de satisfaction au travail, leur vision du leadership et de l’avenir.


Pas de doute, la génération Y a des attentes différentes des précédentes. «Cette génération attend plus des entreprises qu’il y a 50, 20 ou même 10 ans de cela», explique Alain Pons, Président de Deloitte France. Et de poursuivre «deux tiers des membres de la génération Y exprime leur volonté de quitter leur entreprise d’ici 2020, et 44 % dans les deux prochaines années. Les Millennials adressent un message fort aux dirigeants de ce monde : faire du business, certes, mais le faire de façon durable et responsable. La mission même de l’entreprise doit drastiquement évoluer à l’aune de ce que les leaders de demain considèrent comme primordial.»



  • 56 % des jeunes issus de la génération Y n’envisagent aucune collaboration avec certains employeurs en raison des valeurs ou de la conduite de ces entreprises

  • 49 % ont refusé des missions allant à l’encontre de leurs valeurs ou de leur éthique

  • 63 % estiment que leurs compétences en termes de leadership ne sont pas suffisamment développées

  • Deux tiers des membres de la génération Y sont désireux de quitter leur entreprise d’ici 2020, et 44 % dans les deux prochaines années


Si leur vision sur l’impact (73 %) et l’éthique (58 % en hausse de 6 points) de l’entreprise continue de progresser, la génération du millénaire reste méfiante quant aux motivations qui sont avant tout perçues comme financières (54 %). Près de 9 collaborateurs sur 10 (87 %) issus de la Génération Y estiment à cet égard que la réussite d'une entreprise devrait être mesurée sur des critères allant au-delà des seuls résultats financiers. Une entreprise devrait ainsi être évaluée non seulement en fonction de sa performance financière que de la façon dont elle développe ses talents, se comporte avec ses clients et contribue à l’évolution de la société. Contrairement aux attentes, seuls 27 % estiment que la forte réputation d’une entreprise et sa capacité à faire du buzz sont des critères importants pour mesurer la performance d’une entreprise.


Les valeurs personnelles passent avant celles de l’entreprise
7 sondés sur 10 estiment que leur employeur partage leurs valeurs personnelles. Loin de s’éroder une fois en poste, la quête de sens des Millennials les anime tout au long de leur carrière : elle est déterminante dans le choix de l’employeur, dans les missions sur lesquelles ils s’investissent puis dans la façon dont ils managent. Les Millennials sont plus indépendants et plus enclins à placer leurs valeurs personnelles au-dessus des objectifs de l’entreprise. 56 % n’envisagent aucune collaboration avec certains employeurs en raison de leur éthique et 49 % ont déjà refusé des missions allant à l’encontre de leurs valeurs.


La redéfinition du leadership, pilier de la fidélisation des Millennials


Les talents issus de la génération du millénaire sont-ils peu loyaux, impatients ou pas assez considérés ? 66 % d’entre eux désirent quitter leur entreprise d’ici 2020 ; parmi les motivations invoquées, 63 % estiment que leurs compétences en termes de leadership ne sont pas suffisamment prises en compte. La fidélité de la génération Y vis-à-vis de leur entreprise est fortement liée aux opportunités de développement en matière de leadership, à la marge de manœuvre qu’on leur offre quant au contrôle de leur carrière, à la flexibilité du travail (trois quarts sont intéressés pour travailler depuis chez eux, où ils se sentent plus productifs), à la place faite à l’équilibre vie privée/vie professionnelle et aux valeurs de l’entreprise. 


*7 700 membres de la Génération Y dans 29 pays différents ont répondu à cette étude et fournissent aux employeurs une feuille de route précise sur leurs attentes.

Et les collaborateurs français dans tout ça ?

La quête de sens est prégnante chez les Millenials français. Ils sont 11,8 % (9,3 % moyenne mondiale) à la mettre en avant lors du choix de l’employeur après l’équilibre vie privée/vie professionnelle.



  • 67 % des jeunes Français issus de la Génération Y estiment que leurs compétences en termes de leadership ne sont pas suffisamment prises en compte, contre 63 % dans le reste du monde.

  • Les Millennials français jugent positivement l’impact de l’entreprise sur la société (62 %).

  • Lorsqu’ils s’intéressent aux critères de performances et d’évaluation de l’entreprise, 52 % des jeunes Français portent une attention particulière à la création d’emplois (contre 39% dans le reste du monde).